La ventilation naturelle : II. Amélioration du tirage thermique sans VMC

En ventilation naturelle, l'air est extrait par des conduits qui sont dotés d'une grille. Ces grilles d'extration sont marquées selon la pièce de services adéquate : 50-100 cm2 pour les salles d'eau et WC et 100-400 cm2 pour la cuisine.

Les conduits d'air respectent des normes :

  • la partie haute des conduits doit dépasser de 40 cm minimum le faîtage de l'habitation ;
  • le diamètre des conduits doit aller de 24 à 26 cm pour la cuisine puis de 14 à 16 cm pour les salles d'eau et les WC ;
  • la hauteur de tirage doit être comprise entre 2,5 et 3,5 m.

Conduits et hauteur de tirage

Il est possible d'utiliser un conduit de cheminée existant à condition que celui-ci respectent les spécifications ci-dessus.

Conseils d'amélioration de l'aération naturelle

Le fonctionnement de la ventilation naturelle est plus ou moins efficace selon la position des points d'entrée d'air neuf et de sortie d'air vicié. Pour améliorer le tirage thermique, dans un premier temps, il est important de définir stratégiquement la position des entrées et des sorties d'air selon l'exposition au vent et de mettre en place un système de conduits d'évacuation capable d'évacuer l'air vicié sans refoulement dans les autres pièces.

Voici quelques recommandations pour améliorer le tirage thermique sans dispositif mécanique : 

  • des grilles sont à installer en partie basse des pièces de la façade si celles-ci sont exposées au vent et en partie haute de la façade si celles-ci sont placées sous le vent ;
  • un conduit débouchant sur le toit doit être installé. Celui-ci doit avoir une section de taille suffisante pour offrir au dispositif un bon "débit d'air" en fonction du volume d'air à extraire et une hauteur assez importante pour assurer une bonne "prise d'air" ;
  • le conduit doit être relié à chaque pièce  de services par le plafond pour évacuer l'air vicié –qui est plus chaud– qui remonte par phénomène de convection.

L'air extérieur capté en continue traverse ainsi les pièces de la maison et est évacué par un conduit débouchant sur le toit.

À noter qu'il n'est pas recommandé de détruire ou boucher les cheminées des anciens appartements en faveur du confort thermique. Elles constituent une solution qui optimise la ventilation naturelle couplée aux ouvertures de l'habitat. Un dispositif tel qu'une grille réglable permet de contrôler les débits d'air et les déperditions de chaleur.

L'aération mécanique

Pour palier la dépendance aux conditions météorologiques, il est possible d'utiliser des aérateurs électriques pour renforcer la ventilation et optimiser le système d'évacuation. Ces aérateurs mécaniques sont à poser prioritairement dans les pièces de services. Ils se distinguent en deux catégories principales : les aérateurs hélicoïdes et les aérateurs centrifuges. Cependant, ils sont formellement à proscrire dans les pièces où des appareils sont raccordés à un conduit de fumée ou un chauffe-eau à gaz.

Les aérateurs hélicoïdes

Les aérateurs électriques hélicoïdes, c'est-à-dire à hélice, sont simples d'installation et bon marché. Ils sont à poser sur des vitres ou en traversée de mur. 

Les aérateurs centrifuges

Les aérateurs électriques centrifuges, c'est-à-dire à turbine, sont plus puissants et sont à installer sur des conduits longs tels que les cheminées. La dépression créée dans les pièces optimise le système de ventilation.

Ces deux types d'aérateurs mécaniques et électriques fonctionnent qu'en cas d'utilisation de la pièce équipée. Les systèmes d'allumage proposés sont :

  • l'interrupteur : allumage et extinction de l'appareil par un interrupteur (couplage possible avec l'interrupteur de l'éclairage de la pièce) ;
  • l'aérateur temporisé : allumage de l'appareil à l'éclairage de la pièce et extinction retardée de quelques minutes après avoir éteint la lumière ;
  • la commande par hygrostat : allumage de l'appareil quand le taux d'humidité de la pièce dépasse 65% et extinction lorsque le taux diminue.

La capacité des aérateurs est exprimée en débit d'évacuation par un temps donné (m3/h). Pour calculer le débit nécessaire à la pièce, il faut multiplier le volume du local (m3) par le Nombre de Renouvellement de l'air par heure (NR/h) : Débit (m3/h) = Volume (m3) x NR/h.

En cas de conduits longs ou avec un tracé tortueux, il faut surdimensionner le débit d'évacuation de l'aérateur pour palier les risques de perte de rendement.

« Chapitre précédent   Chapitre suivant »
Par Ony le

Commentaires

Copyright Benbob Labs 2012. Tous droits réservés. Hébergement par OVH. Powered by IMS Benbob Labs