Comment faire du compost : II. La récolte et les usages du compost

Le compost est mûr lorsqu'il se présente sous forme de miettes très noires. Il ne faut plus pouvoir reconnaître les différents éléments qui le composent, à l'idéal du moins. Il ne doit aussi avoir aucune odeur et être très fiable au toucher. Si les éléments sont trop identifiables, c'est qu'il n'est pas assez mûr et qu'il faut le laisser encore se décomposer.

Par ailleurs, vous pouvez aussi le tamiser pour extraire que les matières bien décomposées. Pour cela, employez un tamis de maçon à grosses mailles ou bien fabriquer le vous-même avec un grillage à poule à petites mailles.

Le compost peut se stocker indéfiniment sous sacs, vous pouvez ainsi le récolter en avance et vous organiser.

Les usages les plus courants du compost

Contrairement au terreau naturel qui est un compost de feuilles ou celui du commerce qui est fabriqué pour cultiver des plantes directement dessus, le compost est un fertilisant plus riche qui offre d'avantages de bénéfices : amendement des sols, paillage, terreau pour les plantes d'intérieur, pour terreauter le gazon fatigué, etc.

Voici une liste non exhaustive des emplois de compost qui sont les plus pratiqués.

  • Toutes cultures (engrais) : à enterrer très légèrement ou à apporter au pied des cultures en cours ou en début de la végétation.
  • Sols calcaires (engrais + limitation de risque de chlorose ferrique) : à apporter aux pieds des cultures et en masse sur les plus sensibles.  apport de compost en pied de cultures
  • Terres argileuses (engrais + décompactage de l'argile) : à enterrer très légèrement ou à apporter en quantité importante en mélangeant à la terre.
  • Semis (engrais) : à tamiser et stériliser (70 °C au four pendant 15 minutes) avant emploi, le mélanger avec du sable ou du marc de café, puis à apporter en surface ou très légèrement enterré. Vous pouvez aussi utiliser le compost presque pur en repiquage à l'exception des cultures sensibles.
  • Plantes en pot (engrais + limitation du rempotage) : à apporter régulièrement en petite quantité au pied des cultures.

De manière général, un compost mûr ou demi-mûr ne doit en aucun cas être enfoui profondément dans la terre. Il perdrait ses qualités premières avec la destruction des micro-organismes qui le composent.

Le compostage en surface, un paillis naturel efficace

Entièrement composée de déchets végétaux du jardin et du potager (feuilles mortes, tontes sèches, fanes, copeaux de branches, etc.), cette couche en décomposition permet de stimuler la vie des micro-organismes, des bactéries et des vers de terre. Ce tapis de végétaux est à étaler aux pieds des haies, des terrains sans culture, entre les rangs des légumes, etc. Tout en enrichissant la terre, il constitue ainsi un paillis naturel qui retient l'humidité du sol et entrave la poussée des mauvaises herbes. Cependant, veillez à ne pas dépasser 5 cm d'épaisseur.

« Chapitre précédent   Chapitre suivant »
Par Ony le

Commentaires

Copyright Benbob Labs 2012. Tous droits réservés. Hébergement par OVH. Powered by IMS Benbob Labs